Tourisme - visite de l’abbaye

 


Le grand ensemble culturel d’envergure européenne


Depuis plus de 1000 ans, Melk est un centre culturel et spirituel en Autriche, d’abord comme château fort de la famille Babenberg et, depuis 1089, comme abbaye bénédictine fondée par le margrave Léopold II.
Dès le XIIe siècle, une école est rattachée à l’abbaye et des manuscrits précieux ont été rassemblés et rédigés dans la bibliothèque. Au cours de l’histoire du monastère, des membres du couvent de Melk ont aussi laissé d’importantes traces dans les domaines des sciences naturelles, des lettres et de la musique.



Au XVe siècle, l’abbaye fut le point de départ d’une des réformes monastiques les plus importantes du Moyen Âge, «la Réforme de Melk» et entretint d’étroits rapports avec les humanistes de l’Université de Vienne.

 la cour du concierge

la cour des prélats


Une expression visible de l’importance de l’abbaye dans l’âge baroque et de la position exceptionnelle de son abbé d’alors, Berthold Dietmayr, est la magnifique construction baroque, érigée entre 1702 et 1736 d’après les plans de Jakob Prandtauer à laquelle participèrent quelques-uns des artistes les plus connus de l’époque.


Depuis plus de 900 ans, sans aucune interruption, des moines bénédictins vivent et exercent leurs activités à l’abbaye de Melk dans les domaines de l’assistance spirituelle (23 paroisses relèvent de l’abbaye), de l’enseignement (collège et lycée pour environ 800 élèves), de l’économie, de la culture et du tourisme.
L’abbaye de Melk est donc depuis sa fondation un important centre spirituel et culturel de l’Autriche.

Le défi pastoral pour l’abbaye consiste aussi à faire comprendre aux nombreux visiteurs qu’à toutes les époques et dans tous les domaines artistiques, les hommes entendaient magnifier Dieu par leurs œuvres («Ut In Omnibus Glorificetur Deus» - Pour qu’en tout Dieu soit glorifié). 

Depuis 1978, les bénédictins sont en train de restaurer de manière fondamentale le grandiose édifice baroque et d’amenager de nouveaux locaux pour l’école, le logement d’hôtes ainsi que les activités culturelles et touristiques. Par conséquent, l’abbaye de Melk se présente aujourd’hui aux visiteurs comme l’un des monuments les plus importants en Autriche et comme grand ensemble culturel d’envergure européenne.

 

La nouvelle exposition de l’abbaye

l'escalier des empereurs

Les salles impériales abritent actuellement le musée abbatial le plus moderne en Autriche. L’exposition est intitulée «Un voyage du passé au présent – l’abbaye de Melk hier et aujourd’hui».

 

détail de l'escalier des empereurs

 

L’architecte de l’exposition est Hans Hoffer qui a, entre autres, amenagé le «Klangtheater Ganzohr» à Vienne et qui a plusieurs fois mis en scène la «Klangwolke Linz».
Son architecture est basée sur une mise en scène modérée qui ne réduit pas la force des objets d’art, mais qui souligne, par la nouvelle présentation, leur importance pour l’histoire de l’abbaye bénédictine de Melk qui commença en 1089.

 

la Croix de Melk     reliquaire sous forme de tête (Sainte Agnès)     l'ostensoir Saint-Coloman

Par les décorations variées dans les salles impériales, l’histoire mouvementée du monastère est racontée de manière très vive. L’époque actuelle à l’abbaye est présentée avec des moyens modernes, comme des installations vidéo. Pour raconter de façon intéressante l’histoire de la construction des bâtiments abbatiaux et de l’économie, le «Future Lab» de l’«Ars Electronica Center Linz» a créé des images animées sur l’ordinateur.
Au cours de la création du musée abbatial dans les salles impériales, les magnifiques parquets marquetés ont aussi été restaurés et la nouvelle présentation les rend en partie visibles.

 

L’exposition commence dans une salle assez simple où les visiteurs s’assemblent autour d’une longue table en bois. Sur le mur, on peut lire le premier mot de la Règle de Saint Benoît: ÉCOUTE! («HÖRE!» en allemand).
Graduellement, la langue des objets s’intensifie pour obtenir son apogée dans les salles consacrées au baroque. Puis, à l’époque du joséphisme, cette langue apparaît sobre et réduite au rationalisme. Partant du siècle des Lumières, elle se retrouve finalement dans notre monde moderne.

 

 

Saint Benoît

"Le Couronnement d'Épines" - détail de l'autel peint par Jörg Breu

La mise en scène dans les salles d’exposition se sert d’architecture, lumières, sons et médias modernes; intégrée dans cet espace, la langue sensible des objets originaux et des textes parle aux visiteurs.
Les techniques variées et effets dramaturgiques sont employés avec modération et produisent un aperçu général complexe qui s’inspire de la vie monastique et la construction conceptuelle duquel s’est developpée au cours des conversations avec l’abbé Dr Burkhard Ellegast et le père P. Martin Rotheneder.
Le cercle de la mise en scène est fermé dans le dialogue d’une installation vidéo traitant le sujet de «l’homme entier» avec le magnifique autel gothique peint par Jörg Breu. Ce thème «l’homme et Dieu» - représenté comme un mouvement à n’en plus finir – nous renvoie aux efforts permanents de notre existence.

 

 


La salles de fêtes du prélat avec sa galérie de peintures baroque est l’une des salles les plus belles du monastère. Pourtant, elle n’est pas ouverte au public, mais sert de salle de représentation à l’abbé.

la salle de fêtes du prélat



Outre les salles impériales, la visite de l’abbaye comprend la salle de marbre et la bibliothèque, chef-d’œuvres de l’architecture baroque avec les fresques fameuses de Paul Troger ainsi que la terrasse avec vue magnifique sur le Danube et sur la façade occidentale de l’église abbatial.
L’église abbatiale, sans aucune doute la salle la plus importante et la plus impressionnante du monastère, marque la fin de la visite. Ici, des artistes comme Jakob Prandtauer, Johann Michael Rottmayr, Paul Troger, Antonio Beduzzi, Lorenzo Mattielli et Peter Widerin créèrent, avec l’aide de beaucoup d’autres, une œuvre d’art totale sans égale pour la glorification de Dieu qui est incontestablement l’un des exemples typiques de l’art baroque

 




Visites guidées pédagogiques


Pour les élèves d’école primaire, il y a deux salles d’exposition spéciales. À l’aide d’effets lumineux et d’éléments mobiles, elles racontent l’histoire du monastère, des bénédictins et de Saint Coloman.

Le parc abbatial et le pavillon du jardin
Exposition du monastère Heures d' ouverture